La revue de presse de la semaine du 21 février 2022

Un homme en train de travailler sur son ordinateur alors que des chefs d'État prennent la parole sur le conflit Russie-Ukraine
© Montage Major x Élysée (YouTube)

Conflit entre la Russie et l'Ukraine, salaires 2022, French Tech 120… Voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine dernière.

Qu’avez-vous loupé la semaine dernière ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

Économie

En bref

La Russie a lancé jeudi 23 février une invasion de l’Ukraine. À l’ouverture, la Bourse de Moscou plongeait de plus de 30% et le rouble atteignait un bas historique face au dollar. Par ailleurs, la Russie étant l’un des premiers producteurs mondiaux de gaz et de pétrole, cette opération affole les investisseurs quant à d’éventuelles ruptures d’approvisionnement en énergie. En réaction aux opérations militaires russes, l’Union Européenne a annoncé vouloir sanctionner le président Vladimir Poutine et son ministre des Affares étrangères Sergueï Lavrov en gelant leurs avoirs dans l’UE.

En détail

Métiers du chiffre et du droit

En bref

Le baromètre Bpifrance Le Lab et Rexecode publié le 24 février note que 50% des dirigeants de TPE-PME n’envisagent pas d’augmenter les salaires de ses équipes en 2022. Une décision basée sur des résultats financiers insuffisants (57%) et l’adoption de rémunérations annexes, comme des primes ou un intéressement (48%). Il faut dire que les effets de la pandémie se font encore sentir. Mis en place au début de la pandémie, le recours au chômage partiel a augmenté en janvier 2022 par rapport à décembre 2021. Une enquête de la Dares recense ainsi 470 000 salariés concernés, contre 400 000 le mois précédent. Les dirigeants ont également d’autres préoccupations pour cette année, notamment en ce qui concerne le risque cyber. Dans ce contexte, le marché de l’assurance flambe, mais il n’est pas certain que les directeurs financiers des entreprises qui en ont besoin aient toutes les cartes en main.

En détail

Investisseurs et financeurs

En bref

France Digitale partage la liste des investisseurs qui ont soutenu les start-up qui composent les nouveaux French Tech 120 et Next 40. Les acteurs français sont toujours au rendez-vous, et de plus en plus d’Américains prennent de l’ampleur. Du côté de l’État, le secrétaire général à l’investissement à détaillé les modalités de France 2030 et du Programme investissement d’avenir 4. Au programme : 6,5 milliards d’euros seront investis en fonds propres dans des projets innovants. Et pour attirer les financements, les start-up pourraient avoir besoin de soigner tout particulièrement… leurs relations publiques ! Celles-ci seraient « vitales » pour les entreprises de la tech.

En détail

Entreprises

En bref

Peut-on encore revendre son entreprise à prix d’or ? Peut-être pas dans la zone euro, où la correction des prix de rachat des PME se confirme : une baisse qui traduit les inquiétudes des acteurs économiques sur les conséquences du Covid-19 sur la chaîne de valeur des entreprises, mais aussi l’envolée des prix de l’énergie et des matières premières, note une étude. Il n’y a pas que la vente de son entreprise qui préoccupe les PME. En France, les entreprises familiales comptent pour 83% des entreprises… et sont pourtant très peu transmises (10%). Pour la CPME, il devient urgent de revoir les droits de succession afin de faire grandir les PME concernées. Mais pour l’instant, les préoccupations du gouvernement envers les TPE et les PME se trouvent ailleurs : Bercy tente d’évaluer les effets de la crise géopolitique sur leur activité. Il a promis que les « PME et TPE qui pourraient être indirectement touchées par les conséquences économiques de cette situation » seraient soutenues par l’État.

En détail

Intelligence économique

En bref

Alors que l’adoption des objets connectés en entreprise peut constituer un véritable atout concurrentiel, il convient de s’équiper avec prudence. Un rapport du gouvernement présente des clefs de compréhension pour utiliser les objets connectés, et éclaire aussi sur les risques entraînés pour la protection des données. En termes de cyber-risques, les tensions internationales poussent l’Anssi à inciter les entreprises et les organisations à renforcer leurs mesures de vigilance. De son côté, le président de la République Emmanuel Macron met en garde contre la désinformation, qui pourrait nuire à la sécurité et à la coopération européennes.

En détail

à la Newsletter
Partager

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Major !

Major ne vendra pas votre e-mail et aucune pub ne vous sera envoyée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.