La revue de presse de la semaine du 28 mars 2022

Un homme travaillant sur son ordinateur devant des lettres de Scrabble indiquant "Hello April"
© Montage Major x Canva

Guerre et stagflation, attractivité française, assurance cyber... Voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine dernière.

Qu’avez-vous loupé la semaine dernière ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

Économie

En bref

Après avoir assuré aux Européens que les pays dépendants du gaz russe disposeraient d’un délai pour payer en rouble leurs livraisons, Moscou a annoncé le 31 mars la signature d’un décret imposant aux acheteurs des pays étrangers « inamicaux » de s’y plier dès le 1er avril. Face aux menaces l’Allemagne et la France ne cèdent pas. De son côté la BCE estime que l’envolée des prix de l’énergie, la guerre en Ukraine ne devrait pas entraîner de stagflation sur le continent européen.

En détail

Investisseurs et financeurs

En bref

La France est-elle toujours attractive pour les investisseurs étrangers ? Oui, répond sans détour le président d’EY en France Eric Fourel. Entre opérations séduction réussies et réformes menées, il ne reste plus à la France qu’à restaurer ses positions sur la scène du commerce international… Les start-up doivent séduire les investisseurs, certes, mais la réciproque est vraie. La concurrence entre les fonds ne cesse de croître, et pour attirer les entreprises, ils n’hésitent pas à proposer de plus en plus un accompagnement extra-financier. Fait marquant de la semaine, l’un des incubateurs stars de la French Tech est dans la tourmente : le torchon brûle entre les actionnaires de l’incubateur français The Family. Alice Zagury et Nicolas Colin accusent le troisième co-fondateur Oussama Ammar de détournements de fonds, à hauteur de 3 millions d’euros.

En détail

Entreprises

En bref

Dès le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine, certaines entreprises françaises craignaient pour le maintien de leur activité. Les récentes annonces de négociations entre les deux pays en guerre ont eu des conséquences positives pour plusieurs sociétés cotées : Renault, Société Générale ou encore Alstom ont bondi en Bourse. Parmi les autres questions qui se posent : celle de la préparation des entreprises européennes sur le « cyberfront ». Sont-elles équipées pour faire face dans le cyberespace ?Côté finance, en France, ces dernières années ont été les témoins de multiples réformes de l’impôt sur les sociétés. Le problème ? Au-delà de la complexification, la dynamique fait baisser les bénéfices.

En détail

Intelligence économique

En bref

Dans son dernier rapport sur la gestion des cyber-risques, l’assureur Hiscox note une prise en compte inégale de la menace cyber. Le résultat ? Les incidents cyber, qui ne sont pas limités à un périmètre circonscrit, ne sont pas toujours assurés. Pourtant, ceux-ci ne cessent de croître, et une société mal préparée peut enregistrer de lourdes pertes financières ! Et la guerre en Ukraine pourrait bien accentuer le phénomène. Il faut dire que le conflit ne se déroule pas qu’IRL : les réseaux sociaux se sont imposés comme autant d’outils de mobilisation de cyberguerre.

En détail

à la Newsletter
Partager

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Major !

Major ne vendra pas votre e-mail et aucune pub ne vous sera envoyée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.