La revue de presse du 20 juin 2022

Un homme travaillant sur son ordinateur devant un bulletin de vote
© Canva

Résultat des législatives, Macron en Ukraine, crise des cryptomonnaies... Voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine dernière.

Qu’avez-vous loupé la semaine dernière ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

Économie

En bref

Pas de majorité absolue pour Ensemble! après le deuxième tour des élections législatives. La coalition gouvernementale obtient néanmoins la majorité relative, devant la Nupes, qui devient la deuxième force de l’Assemblée Nationale. De son côté, le Rassemblement national réalise une percée historique. Avant les élections, le président de la République Emmanuel Macron s’est rendu à Kiev aux côtés du chancelier allemand, Olaf Scholz, du président du Conseil italien, Mario Draghi et du président roumain, Klaus Iohannis. Reçus par le président Volodymyr Zelensky, ils ont discuté de leur souhait d’accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne. Au cœur du conflit ukrainien, les cryptomonnaies sont en crise. Alors que les cours ne cessent de chuter, les entreprises du secteur paniquent et licencient. Mais certains observateurs estiment que la tempête pourrait permettre une forme d’assainissement, en révélant les acteurs les plus solides.

En détail

Investisseurs et financeurs

En bref

Nouvel objectif pour la French Tech : produire 5 décacornes – des entreprises valorisées 10 milliards d’euros sans être cotées en Bourse – d’ici 2025 et 10 d’ici 2030. Tel est le but affiché par Bruno Le Maire lors du grand raout annuel de l’innovation VivaTechnology. Moins ambitieux que la feuille de route dévoilée il y a quelques mois par Emmanuel Macron mais plus en phase avec les tendances actuelles du capital-risque. En effet, les limited partners comme les fonds deviennent plus prudents et ces derniers se concentrent actuellement plutôt sur le refinancement de leurs participations que sur le repérage de nouvelles entreprises. Ce qui fait les affaires des scale-up installées, comme EcoVadis, qui est devenue la semaine dernière la dernière-née des licornes tricolores. Les PME et ETI, elles, trouveront peut-être des solutions de financement auprès de fonds régionaux, à l’instar du fonds souverain régional créé en Auvergne-Rhône-Alpes sous la forme d’une assurance-vie pour pouvoir être abondé par des particuliers.

En détail

Entreprises

En bref

+100% de cessations d’activité volontaires enregistrés en 2 ans en France : c’est le constat du syndicat des indépendants et des TPE. Une dynamique liée à l’arrêt progressif des aides de la période « Covid », ainsi que l’inflation et les pénuries qui accompagnent la guerre en Ukraine. Les principales victimes ? Les petites entreprises. Les plus grandes, elles, sont toujours dans l’attente de connaître les tenants et aboutissants de l’impôt minimum mondial. Petites ou grandes, les entreprises françaises feraient bien de s’occuper de l’avancée de leur transformation numérique. Malgré un coup d’accélérateur imposé par la pandémie, elles sont près de 50%, d’après le directeur du BCG, à ne pas avoir initié de travaux sur le sujet. Preuve du retard français : seules 19% des entreprises utilisent l’intelligence artificielle et 21% le cloud, contre 25% et 26% respectivement au sein des entreprises de l’Union européenne.

En détail

Intelligence économique

En bref

Alors que le scandale autour de Pegasus, logiciel espion ayant mis sur écoute personnalités politiques et journalistes, est encore frais dans les esprits, une entreprise américaine pourrait bien racheter NSO, sa société éditrice. Pour rappel, NSO est une entreprise israélienne. De quoi inquiéter la Maison Blanche, qui craint que ce rachat ne soit qu’un prétexte pour contourner les mesures américaines en matière de contre-espionnage ou de sécurité. Les États-Unis ne sont évidemment pas la seule nation à se poser des questions sur la protection des données. La Commission européenne travaille à un projet de régulation de l’intelligence artificielle mais la production du texte final est freinée par toutes sortes de complexités techniques, juridiques et politiques. Autre problématique cuisante : les risques cyber, qui ne cessent d’augmenter à mesure que les hackers perfectionnent leurs techniques. Pour les entreprises, c’est le signe qu’il faut évaluer le cyber-risque.

En détail

à la Newsletter
Partager

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Major !

Major ne vendra pas votre e-mail et aucune pub ne vous sera envoyée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.