Villes et relance économique : l’essor des métropoles intermédiaires

La ville de Brest
© Nacer Hammoumi pour la ville de Brest

Les métropoles n'ont pas été épargnées par la crise. Malgré les difficultés, elles sont au cœur du plan de relance économique du pays. Mais encore plus que les très grandes agglomérations, ce sont les métropoles de taille intermédiaire tirent leur épingle du jeu.

Les métropoles n’ont pas non plus été épargnées par la crise. Dans une étude publiée en septembre 2021, France Urbaine et La Banque Postale Collectivités Locales soulignaient que les métropoles ont été durement touchées par la crise. En 2020, leurs investissements ont reculé de près de 16% (contre -10% habituellement pour une année électorale « classique »). Une baisse qui s’explique par le net recul des dépenses d’équipement (-17,8% en moyenne pour les territoires urbains). L’étude insiste à ce titre sur les transports, qui ont été particulièrement mis à l’épreuve.

Les métropoles au cœur de la relance

Pourtant, malgré ces difficultés, les métropoles sont au cœur de la réforme territoriale, avec l’objectif d’assurer le redressement économique du pays. Le gouvernement mise sur les ressources des groupements d’agglomérations pour booster l’économie française, notamment grâce aux réseaux de transports, ressources universitaires, de recherche et d’innovation. À ce titre, Jacques Lévy, géographe et directeur de la chaire Intelligence spatiale de l’Université Polytechnique Hauts-de-France (UPHF), rappelle l’exemple parisien. « 13 millions d’habitants occupent plus de 50% des emplois dans le numérique, la culture, les arts et les sciences. Paris représente la moitié de la France dans les domaines de l’innovation. » Est-ce à dire que les grandes villes sont, par essence, plus innovantes ? Le gouvernement rappelle que 20% du territoire concentre les trois quarts de la population, et que les aires métropolitaines françaises représentent plus de la moitié du PIB… grâce, entre autres, à la mondialisation. Les villes seraient ainsi plus à même d’accueillir des populations diverses mais aussi des structures d’innovation : sièges de grands centres universitaires ou de recherche, équipements structurants, pôles culturels…

L’essor des métropoles intermédiaires

Dans les faits, le bilan est plus mitigé : l’édition 2021 du baromètre « attractivité des métropoles et dynamisme des territoires » du cabinet Arthur Loyd note ainsi que la forte reprise de l’économie qui a suivi « la pire récession enregistrée en France depuis la Seconde Guerre Mondiale » a surtout été portée par les grands territoires urbains… mais que l’Île-de-France, pourtant motrice en matière d’économie et région la plus peuplée d’Europe, n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant-crise. Au total, 23 départements « régionaux » portent 60% des créations nettes d’emploi. En tête : le Rhône (Lyon) et le Nord (Lille).

Le rapport montre aussi un changement de paradigme entre les grandes et très grandes métropoles (500 000 à 1 million d’habitants) et celles dites « intermédiaires » (200 000 à 500 000 habitants). Les métropoles intermédiaires et agglomérations de taille moyenne, très touchées pendant la crise de 2008-2009 avaient en moyenne enregistré les plus fortes baisses d’emplois en France. La crise du Covid a changé la donne : en touchant davantage les grandes et très grandes métropoles (plus dépendants du tourisme international), la pandémie a favorisé l’économie locale des métropoles intermédiaires. Ce phénomène, combiné au fort intérêt des start-up pour les métropoles régionales, avec d’importantes levées de fonds en région (+11%), mais aussi l’ouverture d’antennes régionales chez les start-up du Next40 souligné par l’édition précédente du baromètre, confirment que les atouts des métropoles ne se limitent pas à la région parisienne, et que leur diversité est nécessaire au bon fonctionnement économique du pays et sa réindustrialisation.

à la Newsletter
Partager

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Major !

Major ne vendra pas votre e-mail et aucune pub ne vous sera envoyée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.