La revue de presse de la semaine du 10 janvier 2022

Un homme derrière son ordinateur devant un graphique de croissance et des virus
© Montage Major x Canva

Impact d'Omicron sur la croissance, nouvelles aides Covid, investissements dans la deeptech... Voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine dernière.

Qu’avez-vous loupé la semaine dernière ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

ÉCONOMIE

En bref

La banque mondiale a révisé à la baisse de 0,2 point sa prévision de hausse de PIB mondial pour 2022, à 4,1%. Ces estimations sont liées au variant Omicron, qui accentue les pénuries de main d’œuvre et problèmes logistiques, et qui pourrait réduire encore la croissance mondiale de 0,2 à 0,7 point de pourcentage, la faisant tomber à 3,9% ou 3,4%. Côté GAFAM, deux ans après l’adoption de la directive, un rapport parlementaire pointe du doigt l’opacité des accords sur les droits voisins qui contraignent Google et Facebook à rémunérer les éditeurs et agences de presse pour la reprise de leurs contenus en ligne. 

En détail

MÉTIERS DU CHIFFRE ET DU DROIT

En bref

Alors que les pénuries pèsent sur l’activité, le Médiateur des entreprises, Pierre Pelouzet, s’apprête à mettre en place un comité de crise pour aider les acteurs économiques à passer ce cap. Les difficultés d’approvisionnement touchent désormais tous les secteurs de l’économie, créant des tensions : les TPE se voient infliger des pénalités par les donneurs d’ordre pour non-respect des délais de livraison, ou des hausses brutales des prix de la part des fournisseurs, par exemple. Côté « bonnes nouvelles » pour les entreprises touchées par la crise, celles dont les charges fixes n’ont pas été compensées pour les 8 premiers mois de 2021 en raison des mesures sanitaires ou du plafonnement des aides « coûts fixes » peuvent désormais bénéficier d’une nouvelle aide. Autre perturbation liée à la pandémie : la réforme de l’assurance chômage. Finalement entrée en vigueur, comment va-t-elle impacter les futurs créateurs d’entreprises franchisées ?

En détail

INVESTISSEURS ET FINANCEURS

En bref

La fintech Qonto séduit Tiger Capital et lève 486 millions d’euros. Elle entre ainsi dans le cercle des start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars. L’ambition pour cette néo-banque : atteindre le million d’utilisateurs de leur solution d’ici 2025. Autre horizon, autre ambition pour l’Union Européenne qui se fixe l’objectif de développer une économie neutre en carbone d’ici 2050. Pour y parvenir, le private equity apparaît comme un levier majeur, en fixant notamment des objectifs bas carbone tangibles aux sociétés qu’elles financent. Côté start-up, les deeptech sont aussi considérées comme des acteurs privilégiés dans la transition écologique. En 2021, les jeunes pousses du secteur se sont multipliées. Elles bénéficient d’un écosystème qui s’étoffe : les SATT, notamment, favorisent le financement des start-up deeptech.

En détail

ENTREPRISES

En bref

Après une année 2020 exceptionnelle avec 848 000 entreprises créées, la France enregistre en 2021, un nouveau record en matière d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés. Au total, l’Insee recense 915 454 créations d’entreprises sur les 11 premiers mois de 2021. Autre bonne nouvelle : une étude de Bpifrance Le Lab révèle que les chefs d’entreprises anticipent une croissance de 7% de leur chiffre d’affaires pour l’année à venir. Des résultats représentatifs des opportunités et contraintes créées par la pandémie. Côté contraintes, le projet de loi sur le passe vaccinal repart au Parlement, mais le gouvernement compte y maintenir le principe d’une sanction pour les employeurs qui seraient récalcitrants au télétravail.

En détail

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

En bref

Alors que l’Union Européenne semble à la traîne en matière de souveraineté numérique, la 5G aurait pu incarner un virage en la matière. Mais une absence de vision stratégique aurait empêché l’Europe de défendre ses intérêts face aux Big Tech. Du côté de la France, on milite pour une forme de souveraineté industrielle. Pour bâtir cette autonomie, la France, durant sa présidence semestrielle de l’Union, compte bien accélérer les projets importants d’intérêt européen commun – les « PIIEC ». Un autre domaine qui mérite d’être particulièrement défendu : la santé. Avec l’accélération des innovations dans le secteur dues au Covid, il devient urgent de se doter d’une stratégie solide en matière de cybersécurité.  

En détail

à la Newsletter
Partager

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Major !

Major ne vendra pas votre e-mail et aucune pub ne vous sera envoyée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.